Ottawa – Selon un tout nouveau rapport rendu public aujourd’hui sur la Colline du Parlement par Défense environnementale, le gouvernement fédéral omet de faire son devoir face aux sables bitumineux. Le rapport intitulé Canada’s Toxic Tar Sands: The Most Destructive Project on Earth (les sables bitumineux toxiques du Canada, le projet le plus dommageable au monde) démontre comment le fait de ne pas faire appliquer les lois fédérales fait en sorte que les sables bitumineux sont en train de devenir la plus grave menace pour l’environnement au Canada.
 « La non-action d’Ottawa face aux sables bitumineux fait des Canadiens les otages du réchauffement climatique, a déclaré Matt Price, chef de projet pour Défense environnementale. Le gouvernement fédéral omet d’avoir recours aux lois existantes pour exiger des entreprises qu’elles réduisent leurs émissions et nettoient leur pollution. »
 
Les Premières nations vivant en aval des sables bitumineux sont venues jusqu’à Ottawa aujourd’hui pour faire entendre leur voix. La collectivité de Fort Chipewyan a fait les manchettes en dernier lorsque Santé Canada a déposé une plainte contre le médecin local pour avoir osé parler publiquement des taux élevés de maladies anormales dans la collectivité.
 « Personne ne vit plus près de la terre et de l’eau que nous, et nous avons été témoin de changements qui n’ont rien de bon au cours des douze dernières années, a déclaré Allan Adam, chef de la Première nation des Chipewyan d’Athabasca. Lorsque l’eau change, nous changeons aussi et nous voyons maintenant apparaître de très étranges maladies. »
 
«Les aînés nous disent que tout dépend de l’eau. Sans eau potable, nous ne sommes rien. Mais l’eau a désespérément besoin d’aide et c’est à nous de l’aider, » nous dit Willis Flett, conseiller au sein de la Première nation crie Mikisew.
 
Parmi les conclusions du rapport, mentionnons les suivantes :
 

Les faibles objectifs fédéraux relativement à « l’intensité » vont permettre aux émissions de gaz à effet de serre de doubler d’ici 2020, réduisant à néant tous les progrès réalisés par les autres parties du Canada dans la lutte contre le changement climatique.
Le contenu des bassins de décantation, visibles de l’espace, s’infiltre dans l’eau souterraine de la région, et la pollution de la rivière Athabasca est à la hausse, contrairement à la Loi sur les pêches.
Les nouvelles mesures fédérales en matière de pollution vont permettre aux émissions de composés organiques volatils (COV) provenant des sables bitumineux d’augmenter de 60 % d’ici 2015.
La pollution provenant de l’exploitation des sables bitumineux provoque des pluies acides jusqu’en Saskatchewan et plus loin encore.
Les usines de traitement et les raffineries de sables bitumineux sont en train de créer des « zones de sacrifice » en Alberta et en Ontario.
On prévoit que des superpétroliers de la taille du West Edmonton Mall s’approcheront des côtes de la Colombie-Britannique pour faire le plein de pétrole extrait des sables bitumineux et l’emporter vers l’Asie.
Les évaluations environnementales du gouvernement fédéral ont donné le feu vert de façon massive aux mines de sables bitumineux, se fiant aux organismes de gestion à la merci de l’industrie dont on sait qu’elles sont sans effet.

 « Lorsque même l’ancien premier ministre de l’Alberta, Peter Lougheed, qui fut le premier à lancer l’idée d’exploiter les sables bitumineux, demande des changements, alors on sait que nous sommes face à un désastre majeur, a déclaré Aaron Freeman, directeur des politiques pour Défense environnementale. Ce problème est celui du Canada – nos élus fédéraux doivent nettoyer ce dégât ou tout stopper. »
 
Le rapport, Canada’s Toxic Tar Sands: The Most Destructive Project on Earth, peut être téléchargé gratuitement à partir du site Web de Défense environnementale, au www.environmentaldefence.ca.
 
Pour en savoir plus long sur Défense environnementale (www.environmentaldefence.ca) : Défense environnementale oeuvre pour protéger l’environnement et la santé. Nous faisons des recherches en vue de trouver des solutions. Nous sensibilisons. Nous avons recours à la justice si nécessaire. Tout cela, pour assurer de l’air propre, des aliments sains et des écosystèmes vivants partout au pays et pour mettre un terme à la contribution du Canada au réchauffement climatique.
 
 
– 30 –
 
Pour plus de détails, ou pour nous rencontrer, veuillez joindre :
 Jennifer Foulds, Défense environnementale, 416 323-9521, poste 232; 647 280‑9521 (cell.)