Ottawa – Après des années de contestation de la part du public et la présence d’un nombre croissant de preuves scientifiques, le gouvernement du Canada a interdit l’utilisation d’un produit chimique toxique connu dans la fabrication des biberons, établissant ainsi un précédent. Cette substance, le bisphénol A (BPA), est régulièrement utilisée dans la fabrication de biberons et de gobelets pour enfants faits de plastique rigide, de bouteilles d’eau réutilisables, du revêtement de certaines boîtes de conserve ainsi que de résines de scellement. L’avis a été publié dans la Gazette du Canada, le périodique officiel du gouvernement du Canada (http://canadagazette.gc.ca/index-f.html).
 
« Le gouvernement fédéral a tenu sa promesse d’interdire le bisphénol A dans la fabrication de biberons et mérite aujourd’hui d’être félicité. Ce geste place le Canada en première position dans la communauté internationale », déclare Rick Smith, directeur général de Défense environnementale. « Les parents de tout le pays ont remporté une victoire importante. »
 
On retrouve du BPA dans des produits comme les biberons et le revêtement de certaines boîtes de conserve. Pour la première fois, une étude très récente publiée dans le Journal of the American Medical Association a établi un lien entre les taux « normaux » de BPA chez un vaste échantillonnage de personnes vivant aux États-Unis et une augmentation du risque de maladies du cœur et de diabète. Des organismes internationaux, des groupes d’experts et plus de 150 études examinées par des pairs associent le bisphénol A à divers problèmes de santé (l’obésité, l’hyperactivité avec déficit de l’attention, le cancer du sein et une multitude de problèmes liés au développement), souvent malgré un niveau d’exposition étonnamment faible.
 
Selon des études réalisées par Santé Canada, le bisphénol A peut s’accumuler dans l’utérus, exposant le fœtus à des niveaux de concentrations plus élevés que tous ceux auxquels il sera exposé plus tard, au cours de sa vie. Le bisphénol A a été détecté dans le lait maternel à des niveaux comparables à ceux relevés dans les biberons. Il existe des preuves probantes à l’effet que cette substance chimique est hautement toxique pour les organismes aquatiques, et du BPA a été relevé dans les eaux de surface, les sédiments, les eaux souterraines et d’autres composantes de l’environnement.
 
Dans le cadre de la campagne en ligne de Défense environnementale (www.toxicnation.ca), des milliers de Canadiens et de Canadiennes ont apposé leur signature pour exhorter Santé Canada à interdire le BPA dans la fabrication de tous les contenants de nourriture et de boisson. Dans un sondage commandé en juin par Défense environnementale et réalisé par EKOS, 73 % des répondants étaient d’avis que le gouvernement canadien devait aller au-delà des mesures adoptées pour réguler le bisphénol A (BPA) dans la fabrication de biberons et inclure dans cette réglementation les contenants alimentaires, comme les bouteilles d’eau réutilisables et les boîtes de conserve.
 
« Les Canadiens et les Canadiennes ne veulent plus de ce produit chimique dans leur foyer ou dans leur vie », déclare Smith. « Puisque nous disposons de solutions de rechange non toxiques, le gouvernement fédéral doit mettre en place dans les plus brefs délais un protocole de transition visant à éliminer le bisphénol A dans toutes ses applications liées à la fabrication de contenants de nourriture et de boisson. Le gouvernement doit maintenir le cap et s’assurer que le principe de précaution continue à être appliqué pour ce qui est des décisions portant sur les nombreux autres produits chimiques dangereux susceptibles de s’introduire dans notre environnement et dans notre corps. »
 
L’avis émis aujourd’hui engage le gouvernement fédéral à collaborer avec l’industrie dans le but de limiter le BPA dans le revêtement des boîtes de conserve contenant des préparations pour nourrissons, sans toutefois proposer d’éliminer ou de réduire le bisphénol A dans les boîtes de conserve contenant d’autres produits, dans les résines de scellement et dans de nombreux autres produits de consommation contenant ce produit toxique. « Le seul taux de BPA acceptable dans les boîtes de conserve de produits pour nourrissons est zéro pour cent », précise Smith. « Le prochain défi important que le gouvernement devra relever sera d’éliminer cette substance chimique des boîtes de conserve, point à la ligne. »
 
Défense environnementale (www.environmentaldefence.ca) est un organisme voué à la protection de l’environnement et de la santé humaine. Nous effectuons de la recherche pour trouver des solutions. Nous faisons de l’éducation. Nous allons devant les tribunaux lorsque l’exige la situation. Tous nos efforts convergent vers la promotion d’un air sain, d’une eau propre et la protection des écosystèmes nationaux et l’arrêt de la contribution du Canada aux changements climatiques, à la grandeur du pays.
 
 
-30-
 
Pour de plus amples renseignements ou pour planifier une entrevue, communiquez avec :
Jennifer Foulds, Défense environnementale, au (416) 323-9521, poste 232 ou au (647) 280-9521 (cellulaire);
Aaron Freeman, Défense environnementale, (613) 564-0007 ou au (613) 697-7281 (cellulaire);
Dr Rick Smith, Défense environnementale, (416) 323-9521, poste 225 ou au (416) 670-9521 (cellulaire)