Les organisations Équiterre, ForestEthics et Environmental Defense travailleront conjointement afin d’empêcher du pétrole issu des sables bitumineux de l’Alberta de faire son entrée au Québec, à la suite du renversement projeté d’un pipeline entre Sarnia et Montréal. Une pétition en ligne www.petrolesale.org est lancée aujourd’hui, afin que les Québécois puissent exiger le rejet pur et simple de ce projet. Chaque message dûment signé sera acheminé directement à tous les chefs de partis fédéraux.
Enbridge sollicite l’autorisation de l’Office national de l’Énergie afin de pouvoir acheminer par pipeline du pétrole issu des sables bitumineux de l’Alberta vers Montréal, en passant par l’Ontario. Une partie de ce pétrole sera raffinée à Montréal pour être utilisée au Québec. Le reste sera réacheminé par pipeline vers la côte du Maine, pour ensuite être chargé sur des pétroliers en route vers le Golfe du Mexique, là où se trouve la plus importante capacité de raffinage des États-Unis. Une éventuelle approbation du projet par le gouvernement fédéral contribuera au développement des sables bitumineux albertains de l’ordre de 230 000 barils par jour, ce qui générera des émissions de gaz à effet de serre (GES) de 6,5 millions de tonnes par année.

« Comme Québécois, nous avons le choix : exiger le rejet du projet par le gouvernement, ou contribuer à la croissance des sables bitumineux, la source d’émissions de GES qui connaît la croissance la plus rapide au Canada », a déclaré Steven Guilbeault, coordonnateur général adjoint d’Équiterre.

D’ici 2012, la seule entreprise active dans les sables bitumineux – Suncor – augmentera ses émissions de GES d’une quantité égale aux réductions attendues au Québec par la mise en oeuvre du Plan québécois de lutte aux changements climatiques.

« Le gouvernement fédéral a élaboré sa politique sur le climat pour favoriser la croissance des sables bitumineux, et maintenant, il demande au Québec de contribuer au développement de ce pétrole alors que le Québec est un leader dans la lutte aux changements climatiques », a dit Gillian McEachern, responsable de la campagne climat pour l’organisme ForestEthics. « Cela doit cesser. Il ne doit plus y avoir de développement avant que les sables bitumineux soient nettoyés et que des lois sévères soient mises en place », a-t-elle ajouté.

La compagnie Enbridge a annoncé son intention de demander officiellement à l’Office national de l’Énergie, en novembre, d’autoriser son projet. En plus de la pétition en ligne, les organisations environnementales diffuseront de la publicité à partir de la semaine prochaine, participeront au processus réglementaire de l’Office et inviteront les citoyens à faire entendre leur voix auprès du gouvernement fédéral.
 
 
-30-
 
Sources :
 
Équiterre : Eveline Trudel-Fugère , 514-605-2000
Gillian McEachern, Climate campaigner with ForestEthics, (416) 938-6032